La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

 

France Bleu Maine

24/12/2013 Les experts : l'addiction aux écrans.

29/11/2013 Les experts : la précocité intellectuelle. Réécouter ici

Sébastien VAUMORON

Thérapies enfant, adolescent, adulte.

Bilans neuropsychologiques : WPPSI 4, WISC 5, WAIS 4, NEPSY 2, ADOS 2

Prise de rdv enfant adolescent au Mans et à Angers

Prise de rdv adulte au Mans et à Angers

TDA/H  :  PRISES  EN  CHARGE

 

Comme le TDA/H touche l'attention et les fonctions exécutives, il y a des incidences dans divers domaines de la vie de l'enfant et de sa famille. Les prises en charges sont multiples : COGMED (remédiation cognitive), thérapie de soutien, thérapie comportementale spécifique pour le TDA/H, guidance parentale (psychoéducation), compléments alimentaires/nutrition, traitements médicamenteux (Ritaline, Concerta, Quasym). La seule prise du médicament ne résout pas tous les problèmes et il faut travailler avec l'enfant et les parents, développer les fonctions cognitives déficitaires avec COGMED (mémoire, attention visuelle et auditive), mais aussi l'aider dans sa scolarisation en concertation avec l'école (école primaire, collège, lycée).

  • Les troubles des apprentissages (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie etc.) et de coordination (dyspraxie) étant très fréquemment associés au TDA/H (50% des cas), ils doivent absolument être  explorés pour chaque enfant TDA/H et, le cas échéant, rééduqués par des orthophonistes, psychomotriciennes, ergothérapeutes.
  • La remédiation cognitive en mémoire de travail, l’attention auditive et visuelle est nécessaires car ces fonctions sont très généralement touchées dans le TDA/H, elles doivent donc être développées. Le programme neurologique suédois Cogmed, basé sur la plasticité neuronale, est un programme spécifiquement destiné à cela et adapté en Français depuis 2012. Il bénéficie de plus de 12 ans d'expérience, avec des dizaines d'études internationales réalisées, et il est maintenant préconisé dans le soin des patients ayant fait un AVC, pour les adultes vieillissant etc. C'est un programme informatique intensif et efficace pour la remédiation cognitive (développement de fonctions touchées par le TDA/H). Seulement, il est financièrement assez couteux du fait du temps d'encadrement du patient qui est important pour le praticien, et du coût de formation et d'accès aux licences pour le praticien. Il existe une façon plus "artisanale" de faire une remédiation cognitive, complémentaire sur certaines fonctions exécutives, avec une sélection de jeux adaptés aux fonctions attentionnelles et exécutives à travailler. Cela reste efficace (moins que Cogmed), et représente un coût financier très bas.
  • Des consultations de guidance parentale pour les parents (méthode Barkley et autres) ou des groupes de parents leur permettent de mieux connaître le fonctionnement du TDA/H afin de mieux gérer les symptômes des enfants au quotidien à la maison avec des méthodes  et conseils précis. De récentes études québécoises montrent que l’efficacité de ces méthodes psychoéducatives avec remédiation cognitive est aussi importante que la prise de médicament.
  • Les compléments alimentaires permettent de restaurer un niveau de neurotransmetteur dans la norme. Il conviendrait de faire une analyse biologique (Catécholamnies, HVA, VMA, 5HIAA) laboratoire faisant cette analyse pour obtenir un dosage de la dopamine, noradrénaline, sérotonine, et voir sur quoi il faut agir.
  • Le médicament est de deux types : psychostimulant et non stimulant. Le psychostimulant augmente la concentration neuronale de dopamine, ce qui augmente la transmission des informations. Il est efficace dans les 45 mns après la prise pour diminuer les différentes formes d’impulsivité et d’inattention centrales de l’enfant. Il existe aussi le non stimulant qui agit sur la recapture de la noradrénaline, avec une durée de mise en place de 3-4 semaines, mais une efficacité sur la journée entière, contrairement au psychostimulant. Néanmoins, cela ne développe pas de façon durable les capacités attentionnelles et les fonctions exécutives déficitaires, cela les "booste". Avant de faire une prescription de médicament, il conviendrait là aussi de faire une analyse biologique (Catécholamnies, HVA, VMA, 5HIAA) laboratoire faisant cette analyse pour obtenir un dosage de la dopamine, noradrénaline, sérotonine, car en cas de carence de la dopamine, le médicament sera moins efficace que s'il n'y a pas de carence.
  • La psychothérapie de soutien permet de travailler avec le patient sur les problèmes liés à l’estime de soi, la confiance en soi, mais aussi pour apprendre à mieux gérer les situations problématiques. Cela nécessite au praticien de bien connaître le TDA/H et sa comorbidité.
  • Les psychothérapies de type psychanalytique n'ont aucun effet positif relevé sur les symptômes du TDA/H car elles visent des causes psychologiques alors que le TDA/H est un trouble neurodéveloppemental.
  • L'alimentation serait un élément à prendre en compte dans la prévention ou la réduction des symptômes du TDA/H. Consultez le site du Dr. Philippe Cauwel pour quelques explications sur ce sujet, ou encore les travaux du Professeur Coudron.